A - B

Ancet Jacques
Baitinger Frédéric-Charles
Bekri Tahar
Benhamou Maurice
Benoit Pierre-André (PAB)
Bensoussan Alber
Berger John
Bergeret Yves
Bianu Zéno
Blixen Karen
Bonnefoy Yves
Bourg Lionel
Bousquet Joë
Butor Michel
 
C 
Cahen Didier
Celan Paul
Cerdà Jordi Pere
Chédid Andrée
Cheng François
Commère Pascal
Combet Claude-Louis
Conrad Joseph
Cosculluela Jean Gabriel.
Courtade Fabienne
 
D 
Darras Jacques
Daumal René
Degrotte Ludovic
Deguy Michel
Demangeot Cédric
Demarcq Jacques
Depestre René
De Richaud André
Derrida Jacques
Dhainaut Pierre 
Di Manno Yves
Dobzynski Charles 
Dotremont Christian
Du Bouchet André 
Dupin Jacques
 
E 
Echenoz Jean
Emaz Antoine
Eliraz Israël
 
F 
Fabre G. Sylvie
Frémon Jean
Frénaud André
 
G
Germain Sylvie
Giovannoni Jean-Louis
Giroux Roger
Givodan Pierre
Glissant Edouard
Godel Vahé
Goll Yvan
Gosztola matthieu
Grainville Patrick
Grimaldi Nicolas
Guillevic Eugène
 
Hadad Hubert
Henein georges
Hikmet Nazim
Hirson Denis
Hugnet Georges
Huston Nancy
Hyvrard Jeanne
 
Iliazd
Ince Özdemir
Jacob Max
Jaccottet Philippe
Jamme Franck André
Janvier Ludovic
Joubert Jeant
Jouet Jacques
Jouffroy Alain
Juarroz Roberto
Juliet Charles 
 
Kay Daniel
Lagrange Michel
Lambersy Werner 
Lambert Jean-Clarence
Lascault Gilbert
Laugier Emmanuel
Lauzon Mireille
Lèbre Jacques
Le Dantec Denise
Lemaire Gérard-Georges
Louis-Combet Claude
Luca Ghérasim
 

 

Patrick Grainville

 

Patrick Grainville

1982, Librairie L'Herbe rouge à Morlaix (29), copyright C. Plassart

Patrick Grainville est un romancier français né le 1er juin 1947 à Villers-sur-Mer (Calvados). Il a passé son enfance à Villerville, petite commune située à l'est de Deauville.


Professeur agrégé de lettres, il obtient le prix Goncourt 1976 à 29 ans pour son quatrième roman, Les Flamboyants. Patrick Grainville a beaucoup écrit sur l'Afrique, où il a effectué une mission de coopération.

Son roman, La main blessée (2005), confronte l'auteur à la fameuse crampe de l'écrivain. Grainville y fait part également de sa perception du métier de professeur du secondaire. Dans la vie, il est professeur de français au Lycée Evariste Galois à Sartrouville.

Patrick Grainville est également critique au Figaro littéraire.

 

Patrick Grainville, «le flamboyant»
Par Baptiste Liger (Lire), publié le 01/02/2006


Un décor délirant à l'image de ses livres: Patrick Grainville a horreur du vide et nous le montre dans son appartement de Maisons-Laffitte en région parisienne. Collages, objets hétéroclites, photographies: une visite pleine de surprises !

Il n'y a guère qu'une station de RER qui sépare Sartrouville de Maisons-Laffitte. Deux visages de la banlieue parisienne avec, d'un côté, une cité dite «chaude» et, de l'autre, une bourgade réputée «paisible». L'homme qui nous attend à la gare s'offusque de cette dualité. «Il n'y a pas de frontière entre les deux! Ce n'est pas la ligne Maginot!» Ces deux villes, le citoyen les connaît bien, en tant que figure charismatique de la ville hippique et professeur de français au lycée de la localité voisine. Un enseignant pas comme les autres puisqu'il s'agit de Patrick Grainville. Lauréat du Goncourt 1976 pour Les flamboyants, il construit une œuvre romanesque atypique dans le paysage littéraire français. Les fans du petit écran connaissent sa mèche grâce à ses apparitions récurrentes dans les émissions de Bernard Pivot, où ses envolées lyriques valurent quelques grands moments de télévision. «Ça me touche que mes lycéens me disent: "Hé, m'sieur, vous étiez trop fort, l'aut' soir! "» s'amuse-t-il, à la recherche d'une place dans un joli petit parc, non loin de son appartement.

Lorsque l'auteur s'apprête à ouvrir sa porte, on se rappelle cette écriture folle, cet univers délirant et, l'on peine à imaginer un lieu austère, à l'atmosphère bénédictine. Le résultat dépasse les espérances: c'est un véritable cabinet de curiosités! Le mur est recouvert de centaines de photos de nus féminins, imbriquées les unes dans les autres. «Ça, ce sont Les onze mille vierges!» Ce collage improbable superpose les corps de naïades - «de toutes les couleurs» -, laissant la place, à l'occasion, à quelques chromos religieux. «C'est mon côté Georges Bataille: le sexe et le sacré!» Quelques centimètres plus loin, dans un recoin, des images pieuses recouvrent la cloison, au côté d'un christ du XVIIIe siècle. «Il n'est pas assez gothique à mon goût. Mais je l'aime bien quand même!» En bas de la bibliothèque, les statues les plus diverses vivent en communauté, parmi lesquelles un bouddha birman, une vraie fausse Vénus de Milo noire, et un calao - «c'est un oiseau indien, totem du Mali». Tous ces objets iconoclastes se révèlent bien sobres en comparaison des deux créations bigarrées de l'écrivain, plasticien à ses heures. «Là, ce fourre-tout dans l'arbre, je l'ai baptisé Les cuisses de Prométhée coupées par Bérénice et tous ses colliers.» Un objet difficilement descriptible, à l'image de son intitulé. Juste devant la baie trône une seconde œuvre, tout aussi déjantée. «Il s'agit de L'arbre des crânes et des coïts.» S'imbriquent des statuettes aztèques, une griffe de tigre, une photo de crâne reflétée dans une glace, un chandelier, des coquillages, une plume de paon, parmi tant d'autres choses - et des photos de femmes, évidemment. «J'ai horreur du vide, et le minimalisme me désole. Attention, il ne faut pas croire que j'aime le bazar!»

Avant de déguster un apéritif - il est treize heures -, le maître des lieux nous emmène dans son repère d'écriture. Si l'on est désormais habitué à la déco «grainvillienne», un détail nous trouble sur le bureau: tous les stylos sont recouverts de ruban Velcro. «C'est à cause de ma crampe.» Ce mal est au cœur de son nouveau - et excellent - roman, La main blessée, dont le héros ne peut plus écrire, malgré les traitements les plus improbables. «C'est comme un infarctus d'écriture. Camus, Henry James et George Sand en ont été victimes.» Si les potions miracles n'existent pas, Patrick Grainville a trouvé des solutions. «J'aurais pu me jeter dans la Seine. Mais Dieu a inventé l'ordinateur!» Pas seulement: l'auteur fouille alors sur une étagère et montre de minuscules crayons ergonomiques. «Avec ça, je ne fatigue pas. J'en ai acheté toute une cargaison!» Sur le bureau, des copies et des dictionnaires font bon ménage avec des notes diverses. «J'ai quand même rangé, sachant que vous veniez.» Comme dans la salle de séjour, les photos ont pris possession des murs, même si l'ambiance paraît plus littéraire: «Regardez Marguerite Duras comme elle est belle!» Alors que nous nous asseyons sur le lit - recouvert d'une couverture léopard, un détail nous sidère: la présence du diplôme de la Légion d'honneur juste au-dessus d'un poster polisson! «Le rouge est la couleur de la passion, non? Ah, j'oubliais! Il faut que je vous montre La tentation de saint Antoine!» Direction, la salle à manger. S'il semble fier de ses deux tableaux de Tony Soulier, notre homme nous présente avec chaleur les photos de ses neveux et nièces, des lettres d'élèves, ainsi que des clichés d'arbres gigantesques. «C'est peut-être une manière pour moi de renouer avec l'arbre de la vie.» Une vulve jaune sur un corps noir - c'est une sculpture! - retient notre attention. «Ça, c'est une pièce de l'artiste Didier Stéphant. La voilà, ma Tentation!» L'œuvre en question est un autre collage, dans la lignée de celui du salon. «J'ai même mis ma tronche au milieu de toutes les femmes!» Patrick Grainville vit dans l'Eros, et l'héroïne de La main blessée - une Egyptienne ayant laissé son amante au pays pour vivre une histoire d'amour avec l'alter ego de l'auteur - est à son image. «Je vois que vous observez cette statuette de cheval depuis tout à l'heure. C'est bizarre que je n'en possède pas plus!» Les pur-sang sont au cœur de La main blessée, ce qui semble banal, pour un habitant de Maisons-Laffitte. «Je les entends, le matin, faire un concert de sabots dans le parc. C'est magnifique. Mais c'est autant le cheval que j'aime que le centaure, ce croisement mythologique entre l'homme et la bête.»

 

post/précédent

 

 

Publications

Romans
1972 : La Toison
1973 : La Lisière
1974 : L'Abîme
1976 : Les Flamboyants, prix Goncourt
1978 : La Diane rousse (variations sur le mythe d'Orion, le chasseur géant de l'antiquité).
1981 : Le Dernier viking
1981 : L'Ombre de la bête
1982 : Les Forteresses noires
1984 : La Caverne céleste
1986 : "Le Paradis des Orages"
1988 : L'Atelier du peintre
1990 : L'Orgie, la Neige, prix Guillaume le Conquérant, décerné par la Société des auteurs de Normandie.
1996 : Le Lien
1998 : Le Tyran éternel
2001 : Le Jour de la fin du monde une femme me cache
2004 : La Joie d'Aurélie
2005 : La Main blessée
2008 : Lumière du rat

     


 

 

Services | Diffusion | Actualité | Contact| ©2007 Art Point France

Art Point France - Tel 06 21 16 98 01